Arago éco-district, réhabilitation

  • 1 Arago éco-district, réhabilitation
  • 2 Arago éco-district, réhabilitation
  • 3 Arago éco-district, réhabilitation
  • 4 Arago éco-district, réhabilitation
  • 5 Arago éco-district, réhabilitation
  • 6 Arago éco-district, réhabilitation
  • 7 Arago éco-district, réhabilitation
  • 8 Arago éco-district, réhabilitation
  • 9 Arago éco-district, réhabilitation
  • 10 Arago éco-district, réhabilitation
  • 11 Arago éco-district, réhabilitation
  • 12 Arago éco-district, réhabilitation
  • 13 Arago éco-district, réhabilitation
  • 14 Arago éco-district, réhabilitation
  • 15 Arago éco-district, réhabilitation
  • 16 Arago éco-district, réhabilitation
  • 17 Arago éco-district, réhabilitation
  • 18 Arago éco-district, réhabilitation
<
1/18
>
Adresse : Pessac
Dates : 2010 - Chantier en cours
Maîtrise d'ouvrage : Domofrance
Maîtrise d'œuvre : Martin Duplantier Architectes, RVL Architecture, Anouk Debarre Paysagiste
Mission : Design Conception
Surface : 40 000 m²
Prix : 45 M€

Une cite des années 60 presque abandonnée comme il en existe beaucoup.

Pour désamorcer sa déchéance urbaine et restaurer de l’attachement, ce projet de réhabilitation prend l’exact contre-pied de son principe de composition initial.

Contre la cité monobloc, un urbanisme poreux, contre la mono architecture, un éventail de façades, contre la standardisation, une diversité de typologies, contre le désert végétal, une surenchère verte et, enfin, contre la gabegie énergétique, un projet BBC.

A l’urbanisme du grand ensemble enclavé et à sa seule liaison est-ouest, nous proposons un quartier poreux et divers, hiérarchisé autour de deux axes forts : l’avenue est-ouest, renforcée par le positionnement des équipements et la refonte du centre commercial à l’entrée, et la méridienne verte, orientée nord-sud, rééquilibrant le quartier vers l’école, le tramway et la ville au Sud.

A la mono-architecture, nous proposons une dizaine de façades différentes, adaptées au contexte particulier de chaque immeuble : les larges plateformes sur la méridienne, la «bamboo house» sur un espace minéral, les bow-windows sur la voie de chemin de fer.

Au mono-produit, nous opposons une diversité de typologies: le bâtiment A, le plus important de l’ensemble, est totalement restructuré, réorienté, habillé et agrandi; des nouveaux logements sont construits au sud du quartier, participant de la diversification typologique.

Au désert végétal, nous répondons par une multitude d’espaces publics, hiérarchisés et appropriables: une méridienne verte, un square anglais, une bambouseraie, une place de marché, un coteau, des jardins privatifs.