Centre de Secours de Biscarosse

  • 1 Centre de Secours de Biscarosse
  • 2 Centre de Secours de Biscarosse
  • 3 Centre de Secours de Biscarosse
  • 4 Centre de Secours de Biscarosse
  • 5 Centre de Secours de Biscarosse
  • 6 Centre de Secours de Biscarosse
  • 7 Centre de Secours de Biscarosse
  • 8 Centre de Secours de Biscarosse
  • 9 Centre de Secours de Biscarosse
  • 10 Centre de Secours de Biscarosse
  • 11 Centre de Secours de Biscarosse
  • 12 Centre de Secours de Biscarosse
  • 13 Centre de Secours de Biscarosse
  • 14 Centre de Secours de Biscarosse
  • 15 Centre de Secours de Biscarosse
<
1/15
>
Adresse : Chemin de Laoudie - Biscarrosse
Dates : 2008 - 2011
Maîtrise d'ouvrage : SDIS 40, SATEL
Maîtrise d'œuvre : Martin Duplantier Architectes, Laurent Duplantier Architecte
Mission : Base
Surface : 2 200 m²
Prix : 2,3 M€

Entre générique et typique, entre lieu de travail et lieu de vie, entre mobilité et intimité, le nouveau Centre de secours de Biscarrosse outrepasse sa fonction pour faire paysage.

Petite commune des Landes polarisée entre la tentation balnéaire et l’étendue de la forêt.

Biscarrosse possède un troisième pôle, mois connu des estivants, Biscarrosse – Ville, sur lequel est situé son nouveau centre de secours principal. Il est implanté aux franges de la commune, face à un centre commercial flambant neuf, à l’orée de la forêt, sur la route qui mène à l’océan : un site entre-deux, à l’intersection des flux. La problématique de l’entrée de ville se pose avec une acuité particulière. Très générique, parfaitement rodé, le programme est constitué par une tour de manœuvre, une remise, un bâtiment administratif (qui accueille un ensemble de bureaux, une salle de garde, un réfectoire, une cuisine et des dortoirs) et un logement de fonction attribué au directeur de l’établisse ment. Son organisation fonctionnelle est réglée sur un timing très précis , une optimisation des déplacements, une orchestration

de l’urgence qui garantit au quotidien des intervention efficaces.

Ce centre est destiné à accueillir une brigade de 80 pompiers, civils et volontaires.

En dépit du caractère générique et fonctionnel du programme, ce bâtiment joue la

carte de l’insertion dans le paysage local , notamment par l’utilisation d’un matériau

endogène, le pin des Landes, qui constitue l’ossature de la remise mais aussi le calepinage des façades. La mise en œuvre d’une architecture bioclimatique répond également aux particularités d’un site soumis à de très fortes chaleurs l’été.

Enfin, les espaces verts sont plantés de fougères qui fixent le sable tandis que les eaux de pluies viennent alimenter des noues paysagées. Le tout dessine des espaces verts autonomes, ponctués d’arbres, en phase avec le contexte et le caractère «sauvage» de la forêt.