Musée des beaux-arts de Tainan

  • 1 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 2 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 3 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 4 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 5 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 6 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 7 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 8 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 9 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 10 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 11 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 12 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 13 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 14 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 15 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 16 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 17 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 18 Musée des beaux-arts de Tainan
  • 19 Musée des beaux-arts de Tainan
<
1/19
>
Adresse : Tainan, Taiwan
Dates : 2014 - Concours
Maîtrise d'ouvrage : Ville de Tainan
Maîtrise d'œuvre : Martin Duplantier Architectes
Mission : Base
Surface : 50 M€
Prix : 25 000 m²

La notion de patrimoine, relative sur la surface du globe, est ici traitée de manière spécifique: Tainan, ancienne capitale de Formose, se doit d’activer ce living heritage.

Le « patrimoine ouvert »

La dimension urbaine de ce projet réside dans sa capacité à déborder de son emprise et à faire naître un quartier de la culture. La Yu Ai street fait ainsi lien entre d’une part les deux musées, et d’autre part les nombreux temples et institutions culturelles du quartier. Cet espace devient la colonne vertébrale de l’ensemble, existant et projeté, et structure le centre ville.

Les deux musées revisitent ainsi chacun la manière avec laquelle l’architecture traite du patrimoine. Le musée d’art moderne est une déclinaison de la vieille ville. L’extension reste dans une typologie d’éléments segmentés, de petite échelle, où public et privé s’entremêlent.

Une rue publique traverse ainsi le musée, créant une placette en son cœur. Les cubes de verre contrastent avec la brique de l’existant et renvoient en une myriade de réflexions l’image patrimoniale.  Le musée d’art contemporain, par sa place centrale au sein de l’îlot, dégage une large esplanade reliée à la Yu Ai street. Un grand voile, à la fois protecteur et réminiscence des toits chinois, abrite de larges plateaux d’exposition. Le volume est ventilé naturellement, seules les salles d’exposition sont climatisées. L’ombre portée réduit drastiquement les besoins énergétiques et crée un micro-climat. En toiture, la vue panoramique sur la ville couronne le parcours urbain.